Que cherchez-vous ?


Le port de Dielette en direct

Camera Image


Affiche-Cotentin Cornouailles


HMarina

...

Google-Translate-English to French Traduire français en German Traduire français en Dutch  Traduire français en Italian Traduire français en Spanish Traduire français en Portuguese



 

PÊCHE à PIED      Régates      Parc marin     SNSM      Pêche en mer     PONTONS      Fêtes    Revue de presse     Tempête et neige      Maquettes    REGLEMENTATION      Anglo-Normandes      VIEUX GREEMENTS       FNPPSF      Recettes      Reportages     Sécurité      PORT-DIELETTE    Créatures Marines     La Mouette       Coups de coeur     Histoire de la mer      Coups de gueule      Vidéos        

 


 

 

 

 

 

 


analyse audience

  • : Association des Plaisanciers de Port-Dielette
  • Association des Plaisanciers de Port-Dielette
  • : Favoriser, soutenir ou initialiser toute action visant à : La défense de la liberté de l'usage de la mer et notamment de la pêche de plaisance sans aucun but lucratif. La Sauvegarde et la Protection de la faune, de la flore et du littoral et le Respect de l'environnement et du cadre de vie. Le Développement des qualités morales et de Solidarité entre gens de mer.

OverBlog

Gastéropodes : le bulot

 

 

 

 

Bulot1

 

 

Buccin 

 

e9

 

 

   

                                                            Autres noms : Berlot, bulot, coucou, grosse bigorne, goglu, ran ou calicoco dans la Manche.

 
                                                            Description : Mais qui a décidé de l’appeler officiellement le buccin alors qu’il est plus connu sous l’appellation de bulot ?
                                                            On l’appelle aussi dans la région ran ou calicoco. Joli, non ?
                                                            Le bulot, de la famille des escargots, provient essentiellement de Carteret et Diélette où il est pêché au moyen de casiers spécifiques.
photo
                                                            Le buccin ondé, bien connu sous le nom de ran ou bulot, est un des mollusques gastéropodes le plus connu de la Manche. La coquille a la forme d’une conque rugueuse de 5 à 20 cm de longueur, plus ou moins étirée et d’épaisseur variable. La surface sculptée présente des torsades qui réalisent un enroulement à droite dont les spires vont en diminuant jusqu'au sommet. On dit que l’enroulement est dextre comme pour la plupart des gastéropodes, c'est-à-dire que la pointe de la coquille domine le côté droit de l’animal. L’enroulement inverse à gauche ou senestre, est rare. Quant à la teinte, elle est en général gris blanchâtre. Cependant chez le buccin qui vit dans les herbiers, la coquille devient verdâtre comme une pierre dissimulée à l’ombre et se couvre de balanes.
                                                           Comme chez le bigorneau, l’ouverture est fermée par un opercule corné brunâtre. Le buccin se déplace comme l’escargot à l’aide d’un pied blanc jaunâtre tacheté de points noirs. Les yeux se distinguent au sommet de la tête. Ses déplacements sont limités mais peuvent être rapides quand il détecte une proie : Il est carnivore. Il vit enfoui dans les fonds de sable et de vase, d’une profondeur maximale de 100 mètres.
                                                            L’accouplement entre mâle et femelle se déroule vers novembre et la femelle pond ses œufs quelques jours après dans des capsules soudées les une aux autres et accrochées aux rochers. Arrachés par les tempêtes, ce sont ces amas blancs de capsules que l’on retrouve sur les plages et que l’on prend parfois, à tort donc, pour des éponges de mer.
                              Les sexes sont séparés. La femelle pond sur les rochers et les épaves, en particulier à l’intérieur des coquilles vides de bivalves. Les œufs sont nombreux et se soudent au fur et à mesure de leur émission. Après l’éclosion, on trouve souvent sur les plages en particulier dans le varech rejeté par la mer, des masses jaunâtres friables et légères, semblables à des éponges et formées de grains de petite taille, ce sont des coques qui ont contenu des œufs de buccin. La coquille vide du buccin sert d’abri à ce curieux crustacé qu’est le Bernard l’ermite. En pêchant les buccins, on trouve, caché dans le sable, un gastéropode fouisseur qui a la forme et la taille de l’escargot. Sa coquille revêt les plus vives couleurs, rose brillant, rouge entrecoupé de blanc, c’est une natice. Elle n’est pas comestible.

 

                                                           Comment pêcher le buccin
                                                            Les buccins vivent au large jusqu’à 100 mètres de profondeur et en colonies très importantes, ils habitent les rochers et les herbiers vaseux de zostères. On les pêche à la main tout simplement et à la vue. Ils se ramassent comme les bigorneaux, au moment des grandes marées seulement. Isolés ou agglomérés en paquets, ils fréquentent surtout les couloirs pierreux que recouvre un peu d’eau.                                       Quand a sévi une grande tempête les bulots roulés par la mer se rapprochent du rivage. Une autre raison les attire, de nombreux poissons de petites tailles sont assomés par les vagues contre les rochers, les hordes de bulots carnivores sont tentés par cette manne. Le mauvais temps donnera presque toujours la certitude de les trouver à marée basse rassemblés autour de cadavres de poissons comme les plies, carrelets. Ce jour là, le pêcheur sera content, grâce à eux, de ne pas rentrer bredouille.
                                                            La pêche aux casiers, très rentable, est réservée au professionnel et au pêcheur amateur possédant un bateau.
                                                            Ce procédé de basé sur le fait que les bulots sont carnivores. On emploie presque  les mêmes casiers que pour la prise de homards ou tourteaux, étrilles, araignées de mer. Il faut appâter avec des poissons plats pour lesquels les bulots ont une prédilection. Si la décomposition est commencée, le résultat n’en sera que meilleur. On visite les casiers le lendemain, les bulots y sont si nombreux que plus de la moitié des casiers sont pleins. Il n’en reste pas moins que comme la sauterelle terrestre, le bulot est un animal redoutable. Il cause des destructions énormes tant chez les coquillages que chez les poissons.

 

 

ba (7)

 

                                                             Comment les préparer


                              Laver les buccins à grande eau, les mettre dans une casserole avec une grosse cuillérée à soupe de sel, couvrir d’eau, remuer et laisser dégorger 15 à 20 minutes suivant leur taille (lavez-les dans plusieurs eaux our les débarrasser de leur bave). Faire bouillir un court bouillon préparé à l’avance, jeter les bulots dedans et faire bouillir 12 à 15 minutes suivant leur taille (c’est un coquillage qui reste ferme). Egoutter et servir avec une mayonnaise ou aïoli. Accompagner de tartines de pain beurré.

 

 

 

 

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés